Frédéric Rouge

(1867 - 1950)

Biographie

F11 = plein écran
 
Accueil
Biographie
Anecdotes
Peintures
Dessins
Affiches
Cartes
Diplômes
Etiquettes
Etudes
Vitraux
Catalogue
Boutique
Contact

For english speaking people , click : biographic summary

Für deutschsprechende Personen, klicken Sie auf : Biographische Zusammenfassung

Ollon (suite)

A Ollon, toute la population du village et des environs lui sert de modèle. Philippe Aviolat, de Plambuit, descend à pied, tous les jours, pour poser le Chasseur de Chamois. Et puis, il y a Mlle Bonzon, d'Ollon (Sainte Thérèse des vitraux de Vionnaz), Mlle Bersier (la jeune fille du Conseil), et tant d'autres ! Là, un Rosat, de Panex, ou un Sieber, d'Ollon, ailleurs un Vanay, d'Illarsaz. Frédéric Rouge n'est pas le peintre hautain, pénétré de sa supériorité, dont l'exemple se retrouve souvent. Il est l'ami de ses modèles, les tutoie, pêche ou chasse avec eux, demande leurs critiques. Et il travaille joyeusement, chantonnant de sa belle voix de baryton en préparant ses couleurs qu'il aime, comme ses toiles, avoir de très bonne qualité et qu'il compose lui-même en partant de couleurs pures. L'esquisse va très vite. En quelques traits rapides, il fixe les grandes lignes de sa composition qu'il va travailler ensuite, lentement, amoureusement, au cours de longues séances de pose.

Son goût profond le porte vers le portrait. Il aime étudier longuement un modèle, fouiller ses traits, définir son caractère, saisir au vol une expression. Il y excelle d'ailleurs et chacun de ses portraits est un tout très achevé, solide et construit, où la ressemblance n'est pas seulement superficielle mais vient du plus profond de sa personnalité. Il ne peut malheureusement s'y consacrer ; il faut bien vivre et honorer les commandes : vitraux, fresques, affiches, vastes compositions. Mais il est significatif que chacune de ses compositions - fut-elle une simple affiche - attache une telle importance à la figure humaine. Il ne se lassera d'ailleurs jamais d'étudier le visage humain et l'une de ses dernières toiles sera un portrait de l'un de ses petits-fils (image ci-contre)

 

F. Rouge (1944) : Bernard

 
Page précédente Page suivante